La vie dans toute sa puissance

Allume ta flamme
mai 31, 2018
Marissa Delisle, créatrice de vie sur mesure
juillet 17, 2018
Voir tout

La vie dans toute sa puissance

 QUELQUE CHOSE SOUS LA PEAU
On ne parle jamais de nos âmes. Pourquoi ? On trouve ça sans importance et légèrement ésotérique. Mais je peux vous dire que lorsqu’on voit la mort figer le corps de ceux qu’on aime, on comprend vite qu’il y a plus que la vie. En prenant de l’âge et de la sagesse, j’ai saisi qu’il y avait plus important que ce qui est visible. Un petit rien beaucoup plus subtil, il se loge à l’intérieur de mes tripes. J’ai cette conscience qu’il y a quelque chose de plus grand que moi : ma vie dans toute sa puissance ! C’est là que l’intuition a repris sa place. Ça m’a poussé à prendre soin de mon âme. J’ai senti que si je la nourrissais suffisamment, je deviendrais légère comme une plume. Je flotterais dans le vent tout en restant près des miens. Comment faire ça ? Tout l’essentiel se trouve au cœur de cette démarche.
PRENDRE SOIN DE SON ÂME
On commence par ouvrir son cœur à soi et aux autres, à la différence et à nos fragilités, et on laisse entrer beaucoup, beaucoup de lumière. Il y a de la transparence partout entre les corps. Soudain, on ne sent plus la prisonnière d’autrefois : prisonnière de ses misères, prisonnière des épreuves, prisonnière des préjugés, des peurs et des doutes.  J’ai décidé que je ne voulais plus vivre dans l’ego, j’étouffais sous ce fardeau d’exister. J’ai pris la décision de prendre soin de mon âme et, lorsque je respire doucement et que je prends le temps de contempler le monde autour de moi (en moi), mon âme file le parfait bonheur. Je délaisse mes préoccupations et je me délecte de mon intuition. Au fond de moi, je sais que la vie se trouve ailleurs, elle se trouve à travers toutes ses choses futiles, inutiles et insipides pour l’esprit rationnel.
ET SI L’ÂME, C’ÉTAIT UN TOUT
Mon âme a plusieurs formes, je sens qu’elle n’est pas seule à vibrer sous l’ombre de l’existence. Avec amour, je nourris ses racines chaque jour. Mon âme fleurira pleinement, le jour où je partirai pour ce long voyage. Lorsque ma mort viendra, elle aura une odeur marine, l’odeur des fleurs de pommiers ou de trèfles qui ont bercé mon enfance. Sa floraison portera mes plus beaux souvenirs vers un ailleurs bien plus grand encore que ce monde que nous connaissons dans le visible. Sur cette terre, j’aurais semé deux petites graines fabuleuses : mes enfants qui fleuriront à leur tour à chacun de leur pas. D’ici là, je continue d’écrire avec amour à propos de ce monde.
Marie-Belle Rédaction Créative

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *