Hommage aux anges gardiens de la santé

Pas de panique sur le Titanic
mars 25, 2020
Comment semer des graines d’amour durant une pandémie?
mai 4, 2020
Voir tout

Hommage aux anges gardiens de la santé

Fidèles au poste !

Parce que la pandémie fait sortir le meilleur et le pire de tous les êtres humains sur cette terre, j’aimerais qu’on revienne au merveilleux du travail de celles qui restent au combat. Celles qui portent la flamme de la vie en elles et qui accompagnent malgré la chute de bon nombre d’entre nous. Vous pouvez être fières de vous tenir au chevet d’une personne qui ne pourrait s’en sortir sans vos soins, votre présence et votre douceur. Parce que non seulement votre travail est essentiel, mais l’amour et l’ardeur que vous y mettez le sont tout autant.

 

Une vocation qui revient de loin

Je n’ai jamais voulu être infirmière. Être dans un hôpital me donne instantanément des vertiges. Les murs gris et les gens malades,  ça me met mal à l’aise. Je n’ai jamais voulu être docteur non plus. Avoir la vie des gens entre mes mains, non merci ! Trop de pression, je ne le supporterais pas. Je n’ai jamais voulu être préposée aux bénéficiaires. Voir des personnes perdre leur autonomie, leur mémoire, devenir de plus en plus malades. Je ne m’en sentais pas capable du tout. Je crois que je pleurerais tous les jours. J’ai conscience que ce sont des métiers extrêmement importants, sans doute les plus précieux qui existent sur cette terre. Et j’admire tous ceux qui choisissent de s’engager dans ce domaine et qui le font pour les bonnes raisons, avec leur coeur. 

 

Au front pour la santé

Et aujourd’hui, plus que jamais, je ne voudrais pas être à leur place. Ils sont au front et ont beaucoup de courage. Ils doivent garder la tête froide et faire encore plus d’efforts. Donner plus de leur temps, de leur coeur et de leur santé, aussi. Comme s’ils n’en donnaient pas assez. On leur demande d’être présents pour veiller sur ceux qui faiblissent au combat contre la Covid-19. Présentement, ils doivent redoubler d’efforts pour se protéger, protéger leur famille et protéger tous les patients et collègues. 

 

Pas de panique : elles ont leurs armes

Mais comment faites-vous pour résister à la panique? Pour garder votre belle énergie? Pour offrir la même douceur et les mêmes soins, avec les inquiétudes en tête, parfois?

Savez-vous à quel point vous comptez, à quel point vous pouvez faire une différence? 

Vous le savez depuis déjà longtemps, c’est pour cela que vous faites ce que vous faites. C’est pour cela qu’on a besoin de vous plus que jamais aujourd’hui. Vous êtes non seulement là pour soigner, vérifier l’état des patients, épauler les docteurs, vous êtes là aussi pour réconforter, écouter, rendre les moments plus soutenables, plus agréables.

 

Je salue votre courage

Vos responsabilités sont grandes, vos tâches sont de plus en plus significatives. Le reconnaissons-nous?  Faisons-nous ce qu’il faut pour que vous puissiez exercer votre métier dans des conditions convenables, agréables? Votre confort et votre bonheur commencent dans votre tête, d’abord. Avez-vous des espaces bienveillants dans votre esprit pour passer à travers  cette crise, vous aussi? Vous êtes confinés, comme nous. Mais vous devez exercer votre métier, revenir à la maison et continuer de protéger tout le monde encore. Avec toutes les connaissances que vous avez, avec tout ce que vous vivez sur le terrain, avec tout cet amour pour la vie qui continue de couler dans vos veines, qu’aimeriez-vous nous dire? Que voudriez-nous nous partager? Quels seraient vos messages, vos demandes, vos confidences d’anges gardiens?

 

La réalité de leur solitude

Plus personne ne peut se mettre la tête dans le sable. Les temps sont difficiles pour de nombreuses personnes sur toute la planète. Mais sachez que vous n’êtes pas seuls et qu’on a envie de faire quelque chose pour vous. Que ce soit de vous sourire, de vous envoyer des messages de remerciements, nous voudrions faire plus pour vous aider, mais nous devons savoir ce dont vous avez besoin pour traverser la pandémie sans trop de dommages collatéraux.

 

Les guerrières sont parmi nous

Vous êtes nos porteuses d’espoir qui montent la garde et vont au combat actuellement. C’est vous les guerrières contre le virus aux armes encore méconnues. Qui irait au combat sans savoir si la bombe atomique fait partie de l’attirail de celui contre qui il se bat? Parce qu’on découvre ce coronavirus en même temps que vous. Et vous poursuivez votre travail, vous le faites par devoir, par obligation ou par amour. Mais vous le faites de manière admirable et vous devriez savoir que nous nous souviendrons de votre dévouement et de votre courage pour toujours.

 

Encore une fois, merci de prendre soin de nos parents, de nos amis, de nos voisins, de nos enfants et de nous, 

 

De la part de tous les Québécois et Québécoises

Texte : Marie-Belle Ouellet

Illustration : Katy Lemay

agoodson.com/illustrator/katy-lemay/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *